N° ordre Maison des Artistes :

S653435

Siret N° : 40243230600023

 

Les tableaux présentés ne sont pas libres de droit d'exploitation.

Toute copie et/ou reproduction est formellement interdite.

  • Janvier 2012 : Article dans le Journal mensuel “l'Ovillois” 78
  • Avril 2010 : Interview par RSI - Radio Suisse Italienne

 

Extrait de l'interview Radiophonique

donnée à Gianni De Chantis - RSI en Avril 2010

 

Question : Pouvez-vous me parler de vos couleurs et notamment des diverses nuances de bleus, azur, vert - qu'aimez-vous le plus ?

Réponse : Ce que j'aime le plus ? Les couleurs, je ne peux pas dire – le bleu, c'est facile parce que c'est comme l'eau de la mer. En fait, j’aime toutes les couleurs – l'important pour moi, c'est qu'elles sortent par hasard, parce qu’instinctivement quand tu fais un tableau c'est comme manger quelque chose qui te plaît, et ce qui ne te plaît pas sur l'instant, tu le laisses là – l'art, c'est un facteur physiologique.

 

Question : Quelle est votre technique ?

Réponse : C'est une technique mixte – quelque fois à l'huile, quelquefois à l'eau et alors je mélange des substances qui donnent des reliefs aussi résistants et peut-êre plus que la peinture à l'huile.

 

Question : Inspiration - Pouvez-vous me parler de cette œuvre qui intrigue - qu'est-ce que c'est ?

Réponse : C'est un "Sumo", un sumo japonais même si ce n'est pas facile à deviner, bien que dans un certain sens cela semble figurer un corps prisonnier de sa propre force comme l'Hercule de la mythologie – mais ceci est laissé à l'interprétation des visiteurs car avant d'avancer une

interprétation culturelle, j'y réfléchis à deux fois – la majorité des œuvres que je fais sortent toutes seules et ensuite, comme dans un jeu d'échecs, sans prétendre être un grand joueur, je vois qu'une forme tire l'autre…

 

Question : Quelle est cette peinture ?

Réponse : C'est "la fin de l'automne" avec des couleurs tristes, marrons, gris comme le Lac Majeur en hiver ou la Seine car tout se ressemble dans la nature et sur la terre. Il y a cette tristesse des vieux piliers de bateaux qui font partie d'un monde disparu ou ces arbres avec des ramifications sans fleurs. J'avais mis un disque des Pink Floyd et il aurait pû s'appeler ainsi car leur musique ne sera jamais démodée pour les réactions vitales.

 

Question : Il y a plusieurs typologies de tableaux, des représentations de la nature, une figure féminine ?

Réponse : Cette femme dont vous me parlez, c'est la "Vénus" – c'est un titre assez banal et utilisé par des génies surtout, pas par des gens simples comme moi, mais çà me plait. La femme est assez plastique avec des dillutions liquides, l'ensemble est sensuel avec des paysages supposés de la planète Vénus.

 

Question : Il y a beaucoup de symbolisme – ici, un tableau avec des couleurs très fortes et sombres ?

Réponse : C’est la nuit, quand tu vois des immeubles où à l'intérieur les gens font de l'informatique mais à cette heure là, il n'y a personne, seule la lumière reste – c'est presque rassurant à voir…

 

Question : Cela transmet de la chaleur ?

Réponse : Oui bien sûr – personnellement, j'aime le moderne tout comme les vieilles constructions – si j'ai fait un tableau de "la Bohème", cela ne signifie pas que je sois mélancolique, tout fait partie de la vie même ce qu'on ne connaît pas…

 

Question : Quelles sont les influences qui ont guidé votre peinture ?

Réponse : Actuellement, je n'ai aucune influence – quand j'étais plus jeune, Mazzetta, un peintre de ma famille qui faisait des paysages et des natures mortes avec une douceur vraiment italienne. Miro me plaisait beaucoup et Mondrian même si ce n'est pas simple de les mettre ensemble –mais également, Matisse, Monet, de Chirico, Max Ernst et Salvador Dali – mais à un certain moment, il faut faire attention de ne pas se laisser assujettir par les influences.